Houezenou Boureima (ALS 064 / 1979): Kpalongo

Let's continue our journey through the traditional music of Benin Albarika Store label. This number 64 of Boureima Houezenou presents the Kpalongo rhythm. Some say that this rhythm was born in Ghana during the 70s and the other that it came from Benin. Regardless this music is dynamic and hypnotic. The voices are dense and punctuated by the Gangan drum which indicates the Yoruba influense of this rhythm. This recording is from 1985 and the sound quality is quite good. By the way, I am trying a new Marantz turntableand the sound should also be at the rendez-vous...

Continuons notre voyage à travers la musique traditionnelle béninoise et le label Albarika Store. Cet album N°64 de Boureima Houezenou présente le rythme Kpalongo. Certains disent que ce rythme est né au Ghana durant les années 70s et d'autre qu'il vient du Bénin. Peu importe, ce rythme est dynamique et hypnotique. Les voix sont denses et ponctuées par le tambour Gangan, ce que indique les influenses Yorouba de ce rythme. Cet enregistrement date de 1985 et la qualité sonore est bonne. Par ailleurs, j'essaie un nouvelle platine vinyle Marantz et le son devrait aussi être au rendez-vous...


King N'Gom (Senegal)



King Meissa N'Gom is a Senegalese salsero. His father was a very famous politician. His brothers and sisters have done great studies like him who went to the "Ecole Normale Supérieur" (Superior High School). But his love for music made him become the black sheep of his family. He began his career during the end of sixties and recorded several Afro-Cuban titles sung in Spanish. In 1975, he went to Benin where he had to play at the Appolo club, a legendary live music club in West Africa. He had to stay three days in Cotonou, he will stay three years and become a real star, playing with Danialou Sagbohan's band, the Djiki band, and recording few tracks. Then he left Benin for Mexico where he remained ten years, singing salsa in a hôtel. 

King Meissa N'Gom est un salsero Sénégalais issu d'une très grande famille de politiciens. Tous ses frères et soeurs ont fait de grandes études tout comme lui qui fait l'école Normale Supérieure en France. Mais son amour de la musique le fait devenir le mouton noir de la famille. Il débute sa carrière durant la fin des années 70s et enregistre plusieurs 45T de musique Afro-Cubaine chantés en Espagnol. En 1975, il part au Bénin, pour trois jours, où il doit jouer dans le club Appolo, un club mythique en Afrique de l'Ouest. Il restera trois ans, avec l'orchestre de Danialou Sagbohan, le Djiki Band, et enregistera plusieurs titres. Puis il quitte le Bénin pour le Mexique ou il restera 10 ans comme salsero dans un orchestre du Club Med.

Because of his father who did not want him to become a musician, King N'Gom went to Ivory Coast where he recorded his first tracks in 1970 on Djima Records label. On the first record, he sings the inevitable "Guantanamera" and the title "Fatema", a guaguanco that I really like.

On the second Djima record, he sings a son ("Param Pam Pam") and guaracha ("M'Bakham Diop") with still a hard understanding spanish. But his voice and particulary the flute make us forget the language.


This third EP posted by Worldservice blog was recorded in 1976 in Cotonou with the orchestra Les Perles Noires ("the black pearls"). I really like this one and put the link from Worldservice.


Thirty years after the Appollo club, King N'gom is invited in Cotonou, by the owner of the club, to play with Danialou Sagbohan for the wedding of his only daughter. Backed by the Black Santiago, this live recording was unforgetable. Sagbohan is playing kettledrum and King N'Gom 's voice is better than ever. They play "El Manicero" and "El Salsero de Brazzaville", afro-latin songs that King had not sang for 15 years. Enjoy this great bonus...

T.P. Poly-Rythmo & Vicky (Satel, 1978)

Here is an album quite difficult to find composed by Joseph "Vicky" Amenoudji, one of the four singers of Poly-Rythmo (who sings in Mina, language from the ouest region of Benin) and also percussionist. This album was released in 1978 on Satel label.


Voici un album plutôt rare composé par Joseph "Vicky" Aménoudji, l'un des quatre chanteurs de Poly-Rythmo (qui chante en Mina, langue de la région ouest du Bénin) mais aussi percussioniste. Cet album a été enregistré en 1978 sur le label Satel.

Dossou Isaac & Ebenezer Obey & his International Brothers (1971)


Once again, i have no informations about Isaac Dossou, aka Doslak, author and singer from Benin who made himself known with Poly-Rythmo. But we all know Chief Ebenezer Obey and His International Brothers band, formed in 1964.
This EP from Decca label, recorded in 1971, reveals the close ties between Benin and Nigeria for ages. The language of Benin and Nigerian music are obviously feeting together. The two highlife tunes treat of the politic aspirations from this period: "Liberation" and "Fraternité".


Une fois de plus, je n'ai pas d'informations sur Isaac Dossou, auteur et chanteur Béninois qui a notamment enregistré avec l'orchestre Poly-Rythmo. Par contre, nous connaissons tous Chief Ebenezer Obey et ses International Brothers, orchestre formé en 1964.
Ce 45 Tours du label Decca, enregistré en 1971, révèle les liens étroits qui unissent le Bénin et le Nigeria depuis une éternité. La langue du Bénin et la musique Nigeriane ne font qu'un, une évidence. Les deux titres highlife trêtents des aspirations politique de cette époque: "Liberation" et "Fraternité".

Obiajulum Super Sound (Nigeria)

Dolf Motz from Makossa Original blog speculated the this album would be from Stephen Osadebe's son: Obiajulum Osadebe. Music truely sounds like Osadebe's but I am not sure because Obiajulum was born in 1966 and this record has probably been released in the late 70s. A little young, so, for this second volume. Also, the discography of Obiajulum Osadebe began in 1990. The enigma persists so if you have some informations, please let us know.

Dolf Motz du blog Makossa Original a émis l'hypothèse que l'album serait celui du fils de Stephen Osadebe: Obiajulum Osadebe. Effectivement la musique fait veritablement penser à celle du "docteur" Osadebe. Mais, je ne suis pas sûr car Obiajulum est né en 1966 et cet album a vraisemblablement être enregistré vers la fin des années 70s, un peu jeune, donc, pour ce deuxième volume. Par ailleurs la discographie d'Obiajulum Osadebe commençerait en 1990. L'enigme persisite... Si vous avez des informations, faite le savoir.

Alokpon, King of Gotta.


It is always natural to post Alokpon, king of traditional rhythm Tchinkoume after the king of the Tchink System, Tohon Stan. This album is special because of the of recording's quality and the nearly mint shape of the vinyl. You'll collect the heavy and deep sound of the Gotta percussion. A disc of great value.

Anatole Houdeffo:
First farmer of yams and cassava, and first producer of palm wine in the region of Savalou (center)

King Alokpon:
First traditional musician from Benin with, to his credits, over 60 albums distibuted since 1969.
These two characters are actually the same man. From the Mahi people, Alokpon is a villager (in the noble sense of the word), who divides his time between the love of the earth and the Tchinkoume rhythm. According to the legend this rhythm would come from Abomey, but the scarcity of clay around Savalou prevented the production of good percussions, so the gourd or Gotta was chosen. This giant hollow gourd produces a bass sound which all the 23 musicians and dancers stall on.


Il est toujours naturel qu'Alokpon, roi du rythme traditionnel Tchinkoumé, succède au roi du Tchinkoumé moderne, Tohon Stan. Cet album est special par la qualité de l'enregistrement et la qualité du vinyle. Vous allez vraiment perçevoir la percussion lourde et profonde du Gotta. Un disque de grande valeur.

Anatole Houndeffo:
premier cultivateur d'igname et de manioc et premier prodcuteur de vin de palme dans la région de Savalou (centre).

Le Roi Alokpon:
premier musicien traditionnel du Bénin avec, à son actif, plus de 60 albums distribués depuis 1969.
Ces deux personnages sont en fait le même homme. Issu de l'ethnie Mahi, Alokpon est villageois (au sens noble du terme), qui partage sa vie entre l'amour de la terre et le rythme Tchinkoumé. Selon la légende ce rythme viendrait d'Abomey, mais la rareté de l'argile autour de Savalou empêchait la fabrication de bonnes percussions, c'est pourquoi la gourde ou "Gotta"  a été choisie. Cette calebasse géante évidée produit un son de basse sur lequel se calent les 23 musiciens et danseurs du groupe.


Tohon Stan: King of Tchink System (1984)

Stanislas Tohon is definitely the king of Tchink System (modernized Tchinkoume rhythm) with its famous Gotta drum and water percussions. Tohon is singular as his music. He is like a thug.
He delivers on this album a third version of "Yallow", a hit that mede him known throughout Africa (you can find the original recording in this post). I especially like the track "Gotta" and the violence of all the drums.

Stanislas Tohon est definitivement le roi du Tchink System (rythme modernisé du Tchinkoumé) avec son fameux tambour Gotta et ses percussions d'eau. Tohon est singulier tout comme sa musique. Il est comme un voyou.
Il nous délivre sur cet album une troisième version de "Yallow", morceau qu'il a fait connaitre dans toute l'Afrique (vous trouverez dans ce courrier l'enregistrement original de ce tube). J'aime particulièrement le titre "Gotta" et la violence de ses rythmes.

El Jowania

El Jowania, whose real name is Joel Lawani, is originally from Porto-Novo. He began his salsero career in 1969 with famous backing bands like Black Santiago, Los Commandos and Les Volcans. In 1977, he released his first album Akpe, which means "thank you" in Mina language (Akpè to Gnonnas Pedro who produced him). El Jowania released his sixth album in 2007 and more alive than ever...
The album Yena Vio that Oro presents is from the early 80s and it is marked with Fender iron red electric organ. Beautiful sound. It has been recorded in Togo and published by an obscure label, International HKD

El Jowania, de son vrai nom Joël Lawani, est orihinaire de Porto-Novo, la capitale.Il commença sa carrière en 1969 et s'accompagne d'orchestres fameux tels que Black Santiago, Los Commandos et Les Volcans. En 1977, il sort son premier album Akpè, qui veut dire merci en langue Mina (Akpè à Gnonna Pedro qui l'a produit). El Jowania a sorti son sixième album en 2007 et il est plus vivant que jamais.
L'album qu'Oro présente date du début des année 80's et il est marqué au fer rouge de l'éléctrique piano Fender. Un son magnifique. L'album a été enregistré au Togo et édité par un label inconnu, Intenational HKD

Amadou Balake: "Taximen" (1978)







Here is a great interview made by Joachim Vokouma that you can find on LE FASO.NET.
I will translate it in a next Balake post.
Sur sa carte d’identité, il s’appelle Amadou Traoré, né en mars 1944 à Ouahigouya, dans le nord-ouest du Burkina Faso. En fait, il aurait dû s’appeler Amadou Lompo, le vrai nom patronymique de ses parents et grands parents, originaires de Fada N’gourma, en pays gourmatché, dans l’est du pays. Avant de prendre le nom Traoré suite à de profondes brouilles avec ses frères, son père qui a été militaire à Gao, au Mali pendant 15 ans sous le drapeau français, s’appelait Fifou Lompo, et les enfants nés avant le changement de nom sont des Lompo.
Après sa mort, Amadou et ses frères chercheront à toucher la pension de leur père, en vain. Selon le fonctionnaire chargé du paiement des pensions, un certain Emile, originaire de Réo, le livret de monsieur Lompo serait partie en fumée dans un incendie !
En 1952, sa mère Awa Maïga, devenue veuve, quitte Ouahigouya où son mari est enterré et s’installe à Dapoya, un quartier de la capitale, Ouagadougou. Attiré par la musique, le futur Balaké fréquente les orchestres qui se produisent dans les bars de la capitale. Il regarde, écoute et s’exerce dans un premier temps à la percussion, puis à la chanson. Dans la famille, on apprécie que très modérément la passion du petit Amadou, ironiquement traité de griot. « C’est quand j’ai payé le pèlerinage de ma mère à la Mecque qu’on a commencé à me prendre au sérieux » explique t-il.
Quelque temps après leur arrivée à Ouagadougou, Amadou Traoré obtient un poste d’apprenti chauffeur chez son beau frère à Mopti, au Mali. Au bout de six ans, il revient à Ouagadougou et travaille comme manœuvre dans une entreprise de Travaux publics. « C’est nous qui avons construit l’hôtel Indépendance en 1961 » se rappelle t-il, avec fierté. Cette même année 1961, il obtient son permis de conduire et devient taximan tout en continuant à faire de la musique. Mais le propriétaire du véhicule, opposé à cette double activité finit par retirer son bien.
Qu’importe, Amadou Traoré a conscience de ses talents et de ses capacités à réussir dans la musique grâce surtout à sa voix au timbre particulier. Son aventure de musicien professionnel commerce en 1962, au Mali. Il intègre l’orchestre du Grand hôtel, qui anime tous les soirs le Moulin Rouge, une boite de nuit de Bamako.
En 1963, il quitte la capitale malienne et atterrit à Abidjan où avec des Italiens, il joue au Tropicana, à l’hôtel Ivoire. La collaboration dure à peine six mois et notre aventurier décide de partir en Guinée. Grâce aux bons soins d’une amie membre du bureau politique du Parti démocratique de Guinée, parti unique à l’époque, il est nommée chef d’orchestre de Horoya Band de Kankan.
Très vite, les relations entre cette « dame mariée » et son protégé prennent une allure qui ne plait guère à ce dernier. Lequel se résout finalement à faire ses valises, puis débarque d’abord à Conakry, et ensuite à Mamou où, à la tête du Bafinf Jazz, il participe à des compétitions artistiques. Il est régulièrement sollicité pour animer les meetings que le président Sékou Touré organise à l’intérieur du pays.
Dans les premières années qui ont suivi les indépendances, le leader guinée Sékou Touré entretient des relations exécrables avec certains de ses pairs africains, notamment les présidents Félix Houphouët-Boigny de Côte d’Ivoire, Maurice Yaméogo de la Haute-Volta (Burkina Faso actuel) et Léopold Sédar Senghor du Sénégal. Amadou Traoré sera une victime collatérale de cette haine entre le camp des socialistes et celui des pro-occidentaux.
Dénonçant sa trop grande proximité avec l’ancienne puissance coloniale, Sékou Touré traite le président ivoirien de valet de l’impérialisme français, hostile à l’unité africaine. Prenant la défense de Houphouët-Boigny, le président voltaïque lui répond, le qualifiant à son tour de représentant du communisme, véritable ennemi des Africains. Sur les ondes de la radio nationale, il s’en prend à Sékou Touré dans des termes d’une vulgarité indignes d’un chef d’Etat. « Qui est donc ce Sékou, alias Touré, qui désire tant qu’on parle de lui ? Un homme orgueilleux, menteur, jaloux, envieux, cruel, hypocrite, ingrat, intellectuellement malhonnête...Tu n’es qu’un bâtard parmi les bâtards qui peuplent le monde. Voilà ce que tu es, Sékou, un bâtard des bâtards ».
C’est alors que l’entourage de Sékou Touré se tourne vers Amadou Traoré et lui demande de composer une chanson en réponse au président voltaïque qui, aux yeux de Sékou Touré n’est « qu’un commis voyageur de la division de l’Afrique et garçon de courses de Houphouët-Boigny ». Ce qu’il refuse. « Comment pourrais-je rentrer chez moi si j’insulte mon président ? » se justifie t-il. Estimant que le climat ne lui parait plus serein, Amadou Traoré demande et obtient une audience avec le numéro un guinéen et lui exprime son envie de rentrer voir sa mère. A sa grande surprise, Sékou Touré ne s’y oppose pas, mieux il lui offre des travellers chèques, le franc guinée étant inconvertible.
Revenu au pays, il réintègre l’Harmonie voltaïque où il avait joué avant de s’expatrier et qui est maintenant dirigée par Maurice Simporé. La chanson qu’il compose, « balaké » qui veut dire porc-épic en mandingue, est un succès musical, médiatique et commercial dans plusieurs pays d’Afrique. Depuis lors, on l’appelle Balaké.
Ce brusque succès va toutefois lui créer des ennuis. Selon Amadou Balaké, Maurice Simporé « m’a chassé du groupe en arguant que l’Harmonie voltaïque n’est pas un orchestre mandingue. Un faux prétexte, car en vérité, il était jaloux de ma popularité », croit-il savoir.
Avec son expérience d’ouvrier dans les Travaux publics, Amadou Balaké est recruté par ITS, une entreprise allemande qui a assuré le bitumage de la route Ouagadougou-Pô en 1969. Victime d’une fracture de la jambe droite suite à un accident de travail, Amadou Balaké se sent en quelque sorte condamné à réussir dans la carrière musicale. En 1970, il forme un groupe dénommé « Les « Cinq consuls de Balaké » qui égaie les soirées du Don Camillo, alors situé non loin du ciné Rialé.
En 1971, il enregistre un 33 tours, « Mdolla Yacouba » (mon amant Yacouba), avec Adama Ouédraogo, patron du club voltaïque de disques. Il est ensuite sollicité par un jeune producteur nigérian résidant à abidjan, Aboudou Lassissi dont les propositions financières n’étaient pas inintéressantes. Avec lui, Amadou Balakéenregistre à Ibadan « Taximan n’est pas gentil », très bien accueilli par la presse et le public.
Après ce succès, le nouveau duo s’envole pour New-York où il enregistre le tube Yamba (drogue) en 1976-77. Suite à une dispute, Aboudou Lassissi qui payait la chambre d’hôtel de Balaké, le somme, en plein hiver, de la libérer sans délai ! Par chance, un ami le met en contact avec un chef d’orchestre de Broadway qui l’emploie comme chanteur dans une boite de nuit. Ses prestations plaisent au public et à son patron qui décide de le garder.
Le séjour américain sera pourtant de courte durée. Informé que sa mère, de retour de la Mecque, est souffrante et a perdu la parole, Amadou Balaké décide de rentrer au bercail avec en tout 600 000 F CFA en poche. Assez pour rallier Ouagadougou via Abidjan à bord de la Gazelle, le train qui assurait alors la liaison entre les deux capitales.
Mais quelle ne fut sa surprise à son arrivée de voir que sa mère en parfaite santé, vaque tranquillement à ses occupations ! Amadou Balaké comprend qu’il a été l’objet d’une manipulation de son ex-producteur, résolument décidé à lui mettre les battons dans les roues.
A quelque chose malheur est bon dit-on, car ce retour précipité lui aura permis d’être aux côtés de sa mère qui décédera quelques semaines plus tard.
Après cet épisode douloureux, Amadou Balaké s’installe définitivement au Burkina où il « fait de petites choses qui me permettent de gagner honnêtement ma vie », jusqu’à ce que Boncana Maïga lui propose d’intégrer le groupe Africando.
A 62 ans, père de neuf enfants, Amadou Balaké n’est pas prêt de prendre sa retraite. Il met actuellement la dernière main sur un album qui devrait sortir d’ici la fin du mois de décembre 2006. « C’est un hommage au défunt président Sangoulé Lamizana, le meilleur président que le Burkina ait connu ».
Lorsqu’on lui demande les raisons qui empêchent la musique burkinabè de s’imposer hors de ses frontières, la réponse est sans ambiguïté : « Nous avons un complexe vis-à-vis des autres. Nous imitons beaucoup les étrangers alors que nous pouvons faire mieux. Mais nous sommes tellement modestes au point de douter de nos propres capacités de créations », estime celui qui a appris la musique sur le tas et qui, sur scène, étonne toujours ses partenaires. « Pourquoi va t-on louer des musiciens étrangers pour nos animations alors que les autres pays ne pratiquent pas la réciprocité ? » interroge le lauréat du disque d’Or de la Radio télévision ivoirienne en 1982.
Les autorités devraient selon lui, multiplier les occasions pour que les jeunes, tels Bill Akakora, Sami Rama, Amety Méria, Zêdess... puissent exprimer leurs talents, eux qui se battent pour faire connaître la culture burkinabè dans le monde. « Ce que nous anciens voulons, c’est que les jeunes nous dépassent en création et en popularité ».
Son seul regret est de n’avoir pas bénéficié d’une scolarité, même élémentaire en dehors de l’école coranique. « C’est un handicap car je suis obligé de faire toujours appel à quelqu’un pour accomplir certaines formalités », lâche t-il dans un soupir.

Par Joachim Vokouma
Lefaso.net


Orchestre Super Borgou



Orchestra Super Borgou from Parakou was the most famous band in northern Benin during the 70s. Parakou is the largest city in eastern Benin and capital of the Borgou Department. Super Borgou recorded at least four EP's on Albarika Store label. This number 219 has apparently been recorded in 1973-74 since title "Dahomey Libéré" si already praising the Dahomey revolution of 1972. Ce record presents two very nice soukous influense titles. The interview with the Super Borgou's lead guitar Moussa Mama, who composed "Dahomey Libéré", made by Samy Ben Redjab tells perfectly the history of the band (Itw taken from the album Analog Africa N°3: "African Scream Contest):

L'orchestre Super Borgou de Parakou était le plus fameux groupe du nord du Bénindurant les années 70s. Parakou est la plus grande ville de l'Est du Bénin et la capitale du département du Borgou. Super Borgou a enregistré au moins quatre 45 tours sur le label Albarika. Ce numéro 219 été apparemment enregistré en 1973-74 puisque le titre "Dahomey Libéré" fait déjà l'éloge de la révolution Dahoméenne de 1972. Le disque présente deux jolis titres d'influense soukous. L'interview du guitariste du Super Borgou, Mama Moussa, qui a composé "Dahomey Libéré",  réalisée par Samy Ben Redjab illustre parfaitement l'histoire du groupe (Itw tirée de l'album Analog Africa N°3: "African Scream Contest):

I was born in 1947; I don’t know the exact date but it was on a Friday, which is why people know me as Moussa “Djima” (Djima is Arabic for Friday). I grew up just watching all those musical things happening around me and I could literally feel music entering my soul. In my early teens, electric guitars started to appear in Parakou, especially during festivities: weddings, circumcision rituals, etc. The first guitarist to perform at our house was Waidy, my brother discovered him in Togo. He would entertain the folks for the whole period of Ramadan. Waidy would sleep end eat at our house, end I watched him practice every day. Then we found another guitarist in Ouidah named Aaron; he was cheaper. We did that for few years until around ’62-63. Throughout those years I never took lessons; I just watched those guys play and tried to copy them on a guitar I built using fishing line and some other tools. In ’63 for some reason we didn’t manage to find a musician to entertain the town, and Ramadan was approaching rapidly. The elders were panicking. I told them not to worry – I would play. They wondered, “When did you learn to play?”, “I will play!” I replied. On the first evening of Ramadan it happened. I performed using just two strings. The next morning people came to see my father to ask him if I was a genius or possessed by evil spirits. Soon youngsters started knocking on my door asking for guitar lessons. They would stay here for two, sometimes three months. We would discuss the price for accommodation, food and beverage. Most of my students used to pay with rice or meat; the ones who had money would pay 50.000 CFA for one month and 100.000 CFA for three months. That’s how I used to earn my living. My first band at that time was named Alafia Jazz. We covered Rumba songs by Franco – that’s where I got the artist name Mama Franco from. I changed the name of the band to OK Jazz later in ’64. A few years later we started to develop our own musical identity based on traditional rhythms and songs from the region. At some point I started thinking, We are the best band from northern Benin singing in Dindi and Bareba, but we have a Congolese name – not good! I decided to choose a name that would show our origins, so we renamed the band Super Borgou de Parakou. Ousman Amoussa handled backing vocal and gon, Sidi Alassane was on the toumba and kit drum, Sidi Seidou played traditional percussions, Soulaima Karim sang lead, Mama Biogado played the bass, Menou Roch was our rhythm guitarist and I was on lead guitar and vocals. We started touring Niger in ’69. We found a job at a bar called Congolaise; the owner was a former Guinena military man who disagreed with the politics of Sékou Touré and had fled the country with his Vietnamenese wife. They were a very sweet couple, so we dedicated this song to them. All the money we managed to earn working in Niamey was invested into better equipment, amps, guitars and other stuff. One day I remember entering a music shop to buy a flute back in ’71 when I heard someone playing an instrument I had never even seen before. The sound was absolutely gorgeous. I asked the seller what kind of instrument that is, to which he replied, “It’s an organ“. I asked for the price. He told me 140.000 CFA. We had saved 300.000 CFA, so I bought that organ on the spot. That was on a Monday; by Saturday I played the whole set using it. It took me a day or two to understand it, but it wasn’t really a problem. On the third or so day I used our new acquisition to compose a hugely successful Afrobeat song called Da Doga Bouyo Inin Be. The first musical competition we did was in ’72 in Cotonou At that time the government would choose one band from each state. Poly-Rythmo, Echos du Zou and many others were all competing. We won and consequently were invited to the International Music Festival in Berlin, Germany.