Followers

OGUN: God of Iron (Dahomey) / SONGS OF WEST AFRICA (Mauritania, Senegal, Ivory-Coast) 1952


1. MUSIC FOR OGUN, GOD OF IRON (Dahomey- 1952)

This music is devoted to Ogun, god of iron, one  the most important god of Nago people from Benin or Yoruba people from Nigeria. These recordings were made in 1952 in Dahomey. Dahomean religions are those which, due to the phenomenon called " possession", the god, when certain conditions are met, temporarily incarnated in the person dedicated to him and just live few times. When answering the call of drums, Ogun manifests itself. The priests, possessed by the deity, come dance and perform a dance which is the climax of the ceremony.

2. SONGS OF WEST AFRICA (Mauritania, Senegal, Ivory-Coast- 1952)

One will find on this side of record, recordings representing various types of vocal art very different from one another. The first one, is strongly influenced by Islam. The second is influenced by christanism. Ebrie and Adioukou  recordings are testimony valuable because there are more and more difficult to collect.
Gilbert Rouget & Pierre Verger


1. MUSIQUE POUR OGOUN, DIEU DU FER (Dahomey- 1952)

Cette musique est celle que l'on entend au cours des cérémonies consacrées chaque semaine au culte de Ogoun, une des plus importantes divinités des Nago du Bénin ou Yorouba du Nigeria. Ces enregistrements ont été réalisés au Dahomey en 1952.
Les religions Dahoméennes sont de celles où, par suite du phénomène dit "de possession", le dieu, lorsque certaines conditions sont réunies, s'incarne provisoirement en la personne qui lui est consacré et vient ainsi vivre quelques moments parmi ses fidèles. Lorsque, répondant à l'appel des tambours, Ogoun se manifeste, les officiants, possédés par la divinité, entrent en danse et exécutent une danse qui constitue le paroxysme de la cérémonie.

2. CHANTS D'AFRIQUE OCCIDENTALE (Mauritanie, Sénégal, Côte d'Ivoire - 1952)

On retrouvera sur cette face de disque des enregistrements représentatifs de divers types d'art vocal très différents les un des autres mais également caractéristiques, mes premiers d'une religion de savane extrêmement sèche, sinon désertique, fortement marquée par l'Islam, les seconds _tous polyphoniques_ d'une religion forestière où l'islam a peu pénétré mais ou le christianisme a parfois solidement pris pied, détruisant en général, de manière systématique, toute musique indigène traditionnelle. A cet égard les enregistrements  Ebrié et Adioukou (plages 6 & 7) sont autant de témoignages précieux parce que de plus en plus difficiles à recueillir, de ce qu'a été l'art du chant.

Gilbert Rouget & Pierre Verger.



No comments: